samedi 17 août 2013

Lettre d'amour pour ma soeur

Liens sponsorisés

Belles lettre d'amour pour ma soeur :

Belles lettre d'amour pour ma soeur

Pour toi ma petite sœur que j'aime fort
Tu mérite tout l'amour qui est fort
Tout mon cœur t'aime très fort
Et tu as une très grande place dans mon cœur si fort

Tu me donne un amour qui grandit dans mon cœur
Tu es formidable pour mon cœur
Avec toi je sens que je peux être sur que mon cœur
Est bien avec ton cœur.

Lettre d'amour pour ma soeur 1 :

Lettre d'amour pour ma soeur 1

Elle a la vie dont j’ai parfois rêvé, elle rêve parfois d’être à ma place. Mais nous n’échangeons jamais de place. Elle est brune, je suis blonde, elle a les yeux bleus, les miens sont noisettes. Et pourtant, malgré toutes nos différences, elle est le reflet de mon âme, le seul miroir que je ne peux pas éviter et qui me renvoie la réalité bien en face.

Lettre d'amour pour ma soeur 2 :

Lettre d'amour pour ma soeur 2

Ma chère sœur, je n’ai pas bien compris une des phrases de votre lettre. Quel est donc cet heureux malheur qui pourrait me faire retourner à Provins. Je ne vous ai pas répondu de suite, parce que j’attendais la longue lettre que vous m’aviez promise.

Lettre d'amour pour ma soeur 3 :

Lettre d'amour pour ma soeur 3

Sais-tu combien encore je pense à toi
Même si je ne te le dis pas
Comme elle me manque ta présence
Même si c'est moi qui force l'absence.

Je me coupe de tout
Je me coupe de vous
Et si je me replie sur moi-même
Sache que malgré tout, je t'aime.

Mais dans ma tête
Trop de problèmes
Alors je me referme
Et je préfère me taire.

Lettre d'amour pour ma soeur 4 :

Lettre d'amour pour ma soeur 4

Je vous aime, ma sœur, entendez-vous bien ? Je vous aime par raison, par reconnaissance et par sympathie ; et quand même vous m’abandonneriez, ce que je suis loin de prévoir, je vous aimerais encore, malgré moi et malgré vous-même. Vous me parlez de ma santé. Soyez tranquille ; je ne souffre presque pas.

Une lettre d'amour pour ma soeur :

Une lettre d'amour pour ma soeur

Je tremblais en pensant aux larmes qu’il vous coûterait peut-être. Je souhaitais sincèrement que vous vous armiez de résignation contre un coup inévitable, et pourtant, quand vint le moment fatal, et que je crus lire sur votre front ce calme que je désirais chez vous sans l’espérer, par une contradiction bizarre.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...